Bienvenue sur votre passeport pour bien manger!
Le monde dans votre assiette

Une population multiethnique de plus en plus nombreuse

Imprimer
Chaque année, le Canada accueille un nombre important de nouveaux immigrants provenant de partout dans le monde. Chaque année, en moyenne, 255 000 immigrants entrent au pays et au-delà de 50 000 nouveaux arrivants s’installent au Québec.

Un gradient inquiétant

Un gradient important a été remarqué entre les problèmes de santé chronique et la santé des immigrants : La santé des immigrants se détériorent progressivement à mesure qu’augmente leur durée de résidence au Canada. Tant pour les hommes que les femmes la déclaration d’un problème de santé chronique, par rapport aux non-immigrants, augmentent de façon régulière dans tous les groupes d’immigrants.

S’intégrer pour rester en bonne santé

Saviez-vous que plus une personne issue de communautés culturelles s’intègre (à ne pas confondre avec s’assimile) à la société d’adoption dans laquelle elle se trouve, plus ses risques de souffrir de problèmes de santé mentale et physique sont diminués ? En effet, les gens de communautés culturelles qui s’intègrent le moins de façon générale (profil d’acculturation Rétention) démontrent un état de santé s’étant le plus dégradé depuis l’immigration, souffrent plus d’insécurité alimentaire et connaissent le plus de stress et d’épisode dépressifs. En contrepartie, les immigrants qui s’intègrent le mieux à la société d’accueil, ont un état de santé supérieur à leur confrères immigrants mais également aux gens du pays d’accueil.

S’adapter à l’espace alimentaire

Une seconde problématique rencontrée par les immigrants est l’adaptation de leurs pratiques alimentaires dans un nouvel espace alimentaire où les cuisines, les commodités, les circuits d’approvisionnement, les réseaux sociaux, culturels et économiques sont différents. D’un pays à l’autre, les modes de cuisson, de préparation, d’hygiène, de conservation, d’achat, d’organisation culinaire diffèrent incroyablement. Pour certains, s’adapter à ce nouvel environnement alimentaire peut s’avérer plus qu’un défi.

Marianne Lefebvre M.Sc.Dt.P.
Nutritionniste spécialisée en nutrition internationale

Laisser un commentaire